Béac : Lucas Abaga Nchama prend les commandes

Publié le par Association camerounaise de cyberpresse

Famille-beac.jpg
Toute la grande famille de la Banque des états de l’Afrique centrale (Béac) s’est réunie au Palais des congrès de Yaoundé le 05 février 2010 pour la cérémonie d’installation du nouveau gouverneur Lucas Abaga Nchama.

 

Directeurs nationaux de la Béac, censeurs, collaborateurs… accompagnés des ministres en charge des Finances des six pays membres de la Cemac sont venus assister à la prise de fonction du nouveau gouverneur. C’est le ministre des Finances et du Budget de la Rca, Albert Besse, président en exercice du Comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale et désormais président du conseil d’administration de la Béac, qui a installé Lucas Abaga Nchama dans ses nouvelles fonctions. Le Pca de la Banque a reconnu que le gouverneur prend le contrôle de l’immeuble d’Elig-Essono dans un contexte difficile. « Au moment où vous prenez vos fonctions à la tête de cette illustre institution, se dressent des adversités et des défis de tous genres pour lesquels il vous faudra tact et doigté pour les relever », a déclaré Albert Besse. D’où son conseil au nouveau promu : « La vigilance, la fermeté, l’équité et l’impartialité dans la défense des intérêts de la Béac, de son image de marque, de la stabilité de notre monnaie et de la qualité de la circulation fiduciaire doivent être vos maîtres-mots ».

accolade_dg_beac.jpg

Le gouverneur devra s’approprier de ces conseils pour mettre en œuvre les recommandations des chefs  d’Etat de la Cemac contenues  dans le communiqué final de la conférence de Bangui. Le ministre des Finances du Cameroun, Essimi Menye,  les résume en ces mots : « restaurer la crédibilité de la Béac et y instaurer un climat de confiance et de sérénité ».  Pour y parvenir, Essimi Menye a promis le soutien des autorités camerounaises. D’après Albert Besse, Lucas Abaga Nchama sera jugé par ses capacités à encourager et mobiliser l’épargne disponible dans le cadre de l’effort d’unification des deux bourses et par la poursuite de la modernisation de nos systèmes et moyens de paiement « pour les mettre au service de nos populations ».

Lucas Abaga Nchama, quant à lui, a brièvement déclaré aux journalistes à la fin de la cérémonie qu’il veillera à mettre en œuvre toutes les recommandations des chefs d’Etat de la Cemac. Lucas Abaga Nchama avait été désigné à ce poste par les  chefs d’Etat de la sous-région à l’issue du 10ème sommet de la Cemac tenu du 16 au 17 janvier 2010  à Bangui en République centrafricaine. Ceci en remplacement de Philibert Andzembe, à la suite de l’affaire de détournement de plus de 16 milliards de francs Cfa au Bureau extérieur de la Béac à Paris.

 

Abaga Nchama accompagné par les siens

Les autorités équato-guinéennes ont tenu à être présentes à la cérémonie d’installation de leur compatriote Lucas Abaga Nchama à la tête de la Béac. La délégation du pays de Theodore Obiang Nguema qui a fait le déplacement de  Yaoundé était composée de neuf membres avec à sa tête le premier vice-premier ministre, Aniceto Ebiaca Mohete. Dans cette délégation, l’on retrouvait également le ministre des Finances, Marcelino Ovono, et celui de l’Economie, Melchor Essono Edjo. Cette délégation est arrivée dans l’après-midi de vendredi et est repartie après la cérémonie.

Pour immortaliser la cérémonie du palais des Congrès de Yaoundé, deux journalistes de la radio télévision équato-guinéenne (Rtvge) ont été dépêchés à Yaoundé. Ils ont filmé tous les temps forts de la cérémonie d’installation. « Nous avons la charge de collecter le maximum de témoignages et d’images pour le journal de notre pays et pour une autre émission pour un traitement plus large », a confié Virgilio Seriché, journaliste à la Rtvge.

Yaoundé : Philibert Andzembe, seul dans son coin

Tout au long de la cérémonie d’installation du nouveau gouverneur de la Béac au palais des Congrès de Yaoundé, vendredi dernier, l’ex-patron de la Banque paraissait s’ennuyer.

L’image est pleine de signification. Au pied des escaliers du palais des Congrès de Yaoundé, Philibert Andzembe, l’ex-gouverneur de la Béac, attend les adieux de Lucas Abaga Nchama, le nouveau gouverneur, qui vient d’être installé en grande pompe. Lucas Abaga Nchama raccompagne le vice-Premier ministre de son pays, la Guinée équatoriale, Aniceto Ebiaca Mohete. Il est à peu près 19h ce 05 février 2010. Mais, l’attente se fait de plus en plus longue. Plus de cinq minutes déjà, et Philibert Andzembe, presque seul dans la foule qui lui est indifférente, regarde sa montre. Lasse d’attendre, la dame qui l’accompagne va s’installer dans le véhicule.  Enfin, Lucas Abaga Nchama termine ses adieux et le véhicule du chef de la délégation de la Guinée équatoriale disparait. Entouré de journalistes et photographes, Lucas Abaga Nchama passe à deux mètres de son prédécesseur sans  le regarder, remonte les escaliers et s’en va retrouver les autres hôtes qui ont fait le déplacement de Yaoundé. L’a-t-il vu ? Savait-il que Philibert Andzembe l’attendait et espérait lui serrer la main avant de s’en aller ? Difficile à répondre. Philibert Andzembe rentre dans son véhicule et s’en va, dans l’indifférence totale.

Déjà,  durant toute la cérémonie d’installation, Philibert Andzembe était esseulé. Le speaker de la soirée n’a pas évoqué son nom durant toute la soirée. Il n’a eu droit à aucune déclaration. Le ministre des Finances du Cameroun, Essimi Menye, son voisin le plus proche sur la table d’honneur, ne lui a pas adressé la parole pendant toute la soirée. Celui-ci ne prononce d’ailleurs pas la partie de son discours, remis aux journalistes bien avant, qui indique que « Philibert Andzembe a œuvré au maintien de la bonne santé de notre système bancaire ». Visiblement, l’ancien patron de la Béac est mal à l’aise. En tout cas, l’air grave, la mine triste, Philibert Andzembe ne sourit  pas pendant la cérémonie d’installation. Le seul sourire qu’il esquisse c’est lorsqu’il embrasse son successeur après son installation par Albert Besse, Pca de la Béac. 

Distance
Au moment où un tableau est offert à Lucas Abaga Nchama par le personnel de la Banque en guise de cadeau, Philibert Anzembe, triste et pensif,  ajuste sa paire de lunettes et passe son pouce sur son nez, alors que tout le monde applaudit. A la fin de la cérémonie d’installation, il y a la traditionnelle photo de famille. C’est ici que la solitude de l’ex-gouverneur se manifeste davantage. Alors que le protocole s’embrouille pour trouver le lieu de la prise d’images, Philibert  Andzembe  marche presque seul. Par un geste de la main, il interpelle un ancien collaborateur qui est devant lui. Celui-ci se retourne. « Ah ! Monsieur le gouverneur ! Bonsoir », lui lance ce cadre, qui s’empresse de se retourner après un si bref échange. « Vous voulez que qui s’affiche avec lui maintenant ? On nous regarde. Et vous savez bien que l’affaire des détournements au bureau extérieur de la Béac à Paris n’est pas terminée.  Et il est plus ou moins impliqué. Il ne faut pas qu’il y ait de soupçons après. Donc, chacun prend ses distances », confie un cadre de la Béac.

Toujours pendant les multiples déplacements pour la photo de famille, Essimi Menye passe près de l’ex-gouverneur. Il ne lui adresse pas la parole et répond à un appel téléphonique. Le ministre délégué auprès du ministère de l’Economie, Yaouba Abdoulaye, lui aussi, passe près de Philibert Andzembe. Aucun mot. Il en est de même pour plusieurs anciens collaborateurs. Ce qui n’était pas le cas le jour de l’installation de M. Andzembe le 12 juillet 2007  au palais des Congrès, où il était alors la vedette.

« Meilleur gouverneur ! »
La seule personne qui vient briser la solitude de ce dernier, c’est une dame. Sa sœur, nous indique-t-on.  C’est avec cette dernière qu’il est entré dans la salle prévue pour le cocktail. Il en sortira à ses côtés. Ceux-ci sont en arrière dans l’indifférence totale,  alors que devant eux, cameramen, photographes et journalistes suivent tous les mouvements de Lucas Abaga Nchama. Nous nous approchons de lui et lui demandons : « Monsieur le gouverneur, quel conseils donnez-vous à votre successeur afin qu’il puisse bien mener sa tâche ?». En guise de réponse, il réajuste ses lunettes, nous regarde et fait un signe avec l’index de sa main pour dire non. Pas de réaction. En descendant de l’escalier, les griots l’assaillent. « Monsieur le gouverneur de la Béac ! Le meilleur gouverneur ! etc. », chantent-ils, tambours et flûtes en main. La dame qui accompagne l’ex-gouverneur sort de son sac une liasse de près de 20 billets de 5 000 francs et la tend aux griots, qui élèvent davantage leur  voix pour glorifier l’ancien gouverneur.

Après l’attente vaine de la poignée de main de son successeur, Philibert Andzembe remonte dans une voiture Pajero Land cruiser immatriculée IT 15333 qui disparait comme les autres véhicules. C’est peut-être la fin d’un calvaire de plus de deux heures. Contrairement à ce dernier, Lucas Abaga Nchama, partira à bord d’une belle  Mercedes  noire immatriculée CMD 103 1. Une voiture filmée par les cameras jusqu’à sa disparition. « C’est çà le pouvoir ! », commente un cadre de la Banque.


Lucas Abaga Nchama :  « Un parcours professionnel élogieux »

L’actuel gouverneur de la Béac vu par Albert Besse, président du conseil d’administration de la Banque.Mesdames, Messieurs, Je sollicite votre attention pour vous présenter brièvement monsieur Abaga  Nchama que nous installons ce jour aux commandes de la Béac. De nationalité équato-guinéenne, il est né le 04 mars 1961 à Ebebiyin, chef lieu de l'actuelle province de Kié-Ntem, carrefour situé entre la Guinée Equatoriale, le Gabon et le Cameroun.
Il fait ses études primaires et secondaires en Guinée Equatoriale, avant de s'inscrire à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne et à l'Université de Lyon II en France. Monsieur Lucas Abaga  Nchama est titulaire d'une maîtrise en Sciences Economiques et d'un Dea en Monnaie-Finance-Banque obtenu en 1995. Admis sur concours au Centre de formation des agents d'encadrement supérieur de la Béac en 1998, il est appelé à interrompre la préparation d'une thèse en sciences économiques pour se mettre au service de l'intégration sous-régionale.
Au terme de cette formation, il travaille comme cadre à la Direction nationale de la Béac à Malabo, puis à l'agence de Bâta de 1999 à 2003. Détaché auprès de l'administration de son pays, Monsieur Lucas Abaga  Nchama est nommé Directeur général de l'Economie au ministère de l'Economie, du Commerce et de la Promotion de l'entreprise en 2003. Il est promu secrétaire général du ministère des Finances et du Budget en 2006, poste qu'il occupera jusqu'en juillet 2008.

(…) Il a également été président du Comité d'audit de la Béac, président de la Cellule communautaire de suivi du programme des réformes Institutionnelles de la Cémac, membre  du  secrétariat d'appui  au  comité  de  pilotage  du programme des réformes institutionnelles,  membre  du  comité  monétaire  et financier  national  de  la Guinée Equatoriale,  membre du Conseil national du crédit et membre du comité national de la balance des paiements.
Le 1er juillet 2008, Monsieur Abaga  Nchama est nommé directeur général de l'Exploitation à la Béac, suite aux décisions des Chefs d'Etat, prises lors des travaux de la 9eme Session de la conférence des chefs d'Etat des 24 et 25 juin 2008 à Yaoundé. Monsieur Lucas Abaga  Nchama est marié et père de trois enfants.

Monsieur Lucas Abaga  Nchama succède ainsi à Monsieur Philibert andzembe, qui a été rappelé par son pays le Gabon le 19 octobre 2009. (…) Comme vous l'aurez noté, Monsieur Lucas Abaga  Nchama a connu un parcours professionnel, élogieux et jouit d'une vaste expérience dans divers domaines touchant à la macroéconomie, la politique économique, ainsi que l'audit et les institutions internationales. Il aura besoin de cette riche expérience pour conduire et faire appliquer les hautes recommandations formulées par les Chefs d'Etat, lors du récent Sommet de Bangui ».

Béac : Les défis de Lucas Abaga Nchama

L’actuel gouverneur de la Béac est chargé d’engager les poursuites judiciaires contre ceux qui ont distrait l’argent de la Banque.

Les principaux défis du nouveau gouverneur de la Béac sont contenus dans le communiqué final de la conférence des chefs d’Etat de la Cémac signé le 17 janvier 2010 à Bangui : « Modifier les statuts de la Béac, en rapport avec le partenaire extérieur ; poursuivre en justice toutes les personnes impliquées dans les malversations et autres détournements tant au niveau du Bureau extérieur de Paris que dans les placements Dati ; instituer un audit annuel sous la supervision du président dédié aux réformes institutionnelles de la Cémac et renforcer la prise de participation de la Béac au capital de la Bdéac à hauteur de 30% ». Lors de la cérémonie d’installation de Lucas Abaga Nchama le 05 février 2010, le ministre centrafricain des Finances et du Budget, par ailleurs président du comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (Umac), Albert Besse, a rappelé au promu que les recommandations de ce communiqué sont sa véritable feuille de route.

Albert Besse lui a indiqué qu’il aura « la lourde charge de tout mettre en œuvre pour que renaisse durablement la confiance entre, d'une part la béac, et d'autre part, ses partenaires, les populations de la Cemac et les opérateurs économiques, suite aux diverses affaires qui ont terni l'image de notre institut d'émission ». Pour mener à bien ses missions, le président du comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (Umac) a rappelé les outils dont dispose Lucas Abaga Nchama. Il s’agit par exemple des recommandations du comité d'audit de la Béac, qui ont reçues l'avis conforme du conseil d'administration et qui ont été entérinées par le comité ministériel ; du plan stratégique d'entreprise de la Béac ou encore du plan d'action de la Béac élaboré en collaboration avec les services du Fmi.
Cumulativement avec ses fonctions de gouverneur, Lucas Abaga Nchama est par ailleurs le président statutaire de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac). Il est chargé d’assurer le renforcement des capacités de cet organe en moyens matériels et humains. Il est également chargé d’œuvrer pour le rapprochement des deux bourses de la sous-région.
mise en ligne Suzanne MIDOUKA

Publié dans ECONOMIE

Commenter cet article